L’égalité homme-femme au travail

Les inégalités hommes-femmes sont toujours d’actualité. Dans le monde du travail, heureusement que la loi du 4 août 2014 a fait un point sur l’égalité réelle entre les hommes et les femmes

Les exigences d’égalité professionnelles pour accéder aux marchés publics

Pour les contrats signés depuis le 1er décembre 2014, la loi oblige les entreprises à suivre certaines mesures :

  • Le congé parental a été réformé en vue d’accroître le niveau d’emploi des femmes et favoriser ainsi le partage des responsabilités parentales.
  • Les licenciements seront davantage sanctionnés par le conseil de prud’hommes s’ils sont liés au genre ou au harcèlement sexuel.

Égalité homme-femme scalaire

Dans la vie professionnelle, l’étendue des disparités entre hommes et femmes est bien visible. Rien qu’en France, à travail égal, le niveau de salaire d’une femme en moyenne 25 % de moins qu’un homme. Selon les statistiques 3 femmes sur 4 gagnent moins bien leur vie que leur conjoint. Cela s’explique par le fait que les emplois à temps partiel sont nettement plus occupés par les femmes (80%) que par les hommes (20 %). Celles-ci sont généralement surreprésentées parmi les personnes au SMIC.

Égalité homme-femme principe et fonction publique

Dans le monde du travail, l’égalité homme-femme repose sur 4 principes :

  • Obligation d’égalité salariale entre hommes et femmes :

Un employeur ne peut faire une différenciation en matière de rémunération selon le sexe de l’employé(e). Un homme et une femme qui exerce le même travail ou un travail de valeur équivalente doivent percevoir un salaire égal.

  • Interdiction de discrimination à l’embauche :

Dans une offre d’emploi, une entreprise ne doit pas indiquer ni le sexe ni la situation familiale du candidat qu’elle recherche. Le sexe du candidat ou sa grossesse ne doit donc pas être considéré comme critère de refus de recrutement. Un cas de discrimination en raison du sexe dans le cadre professionnel est même puni jusqu’à 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende.

  • Obligation d’égalité dans le déroulement de carrière :

Aucun salarié ne peut connaître un traitement différent de sa carrière au seul regard de son sexe. Homme et femme ont donc le même droit à la formation, à la possibilité de mutation professionnelle, à la promotion, à la sanction disciplinaire.

  • Obligation de parité dans les conseils d’administration :

Pour les entreprises publiques, les sociétés anonymes, les EPIC, les sociétés en commandite par actions cotées en bourse, les sociétés anonymes et les sociétés en commandite non cotées sous certaines conditions sont contraintes de respecter la parité 40 % de femme minimum dans les conseils d’administration.

Égalité homme-femme fonction publique

Dans l’administration, l’égalité homme-femme s’applique également. L’accord du 30 novembre 2018 prévoit même un renforcement de la prévention et de la lutte contre les violences sexuelles et sexistes ainsi qu’un égal accès aux postes à responsabilité.