Guide sur la domiciliation d’entreprise

Vous êtes en train de créer votre propre entreprise. Comme vous le savez, de nombreuses démarches sont à compléter. Parmi ces démarches, vous devez réaliser la domiciliation de votre entité. Vous vous demandez d’ailleurs pourquoi cette étape si importante dans la création d’une entreprise. Grâce à notre article, vous allez découvrir les enjeux légaux de la domiciliation d’une entreprise et quelles sont les options qui s’offrent à vous. 

Les enjeux légaux de la domiciliation pour l’entreprise

Avant d’entamer les étapes pour la constitution de votre entreprise, vous vous êtes renseigné sur les étapes que vous devez compléter. Dans la liste des démarches que vous devez réaliser dans la création de votre entreprise, vous avez sa domiciliation. La domiciliation d’entreprise est une étape indispensable pour la création d’une société. En effet, cette démarche ne consiste pas uniquement à fournir une adresse postale à votre société. C’est par sa domiciliation que vous donnez à votre l’entité d’exister aux yeux de l’administration et du fisc par l’établissement de l’adresse de son siège social. C’est à cette adresse que vont être acheminés tous les documents destinés à votre firme.

C’est pourquoi elle doit figurer sur tous vos documents. Mais ce qui rend essentielle la domiciliation d’une entreprise c’est que sans cette adresse, vous ne pourrez pas enregistrer votre firme dans le Registre du commerce et des sociétés ou le Registre des métiers. De ce fait, votre entreprise ne sera pas immatriculée. Et quand l’entité n’est pas immatriculée, vous ne pourrez pas exercer votre activité. Si vous le faites, vous serez dans l’illégalité. Ainsi, la domiciliation n’est pas une étape administrative pour la constitution de votre société. C’est une démarche obligatoire et indispensable afin d’avoir la possibilité de faire fonctionner la firme. Et cela que votre entreprise soit une EURL, une SAS, une SARL ou encore une SCI. C’est aussi une obligation pour un artisan.

A lire aussi  Qu’est-ce que la garantie protection juridique ?

Les différentes méthodes pour domicilier son entreprise

Plusieurs options s’offrent à vous pour la domiciliation de votre entreprise.  Le choix va se faire en fonction du statut de votre société ainsi que vos préférences.

  • Si vous avez décidé de créer une société morale comme une EURL, une SAS ou encore une SAS à Marseille. Vous pouvez décider de domicilier votre entreprise à votre adresse personnelle ou à celle d’un de vos associés. Mais vous pouvez aussi vous orienter vers une société de domiciliation, une pépinière d’entreprise ou encore dans un local professionnel.
  • Si vous avez décidé de créer une entreprise individuelle comme une EIRL ou une auto-entreprise. La domiciliation va se faire par défaut à votre adresse. Cela s’explique par le fait qu’il n’y a pas de séparation entre votre patrimoine personnel et celui de votre entité. Cependant, certaines règles de la localité ainsi que des copropriétés vous empêchent de domicilier votre entreprise. Dans ce cas, vous pouvez opter pour une domiciliation auprès d’une entreprise de domiciliation ou d’une pépinière d’entreprises. Il est important de souligner que dans le cas où votre activité nécessite l’accueil de client. Vous aurez besoin d’un local pour le faire. Dans cette situation, nous vous recommandons de créer une EURL ou une SASU à Marseille.
  • Pour un artisan à Marseille, la domiciliation peut se faire à son domicile, dans un local ou auprès d’une société de domiciliation.

Nos conseils pour choisir une entreprise de domiciliation

Si vous avez décidé d’opter pour une domiciliation de votre entreprise en passant par une société de domiciliation à Marseille. Il est recommandé de sélectionner l’entité en vous basant sur sa spécialité. Il est recommandé de faire appel à une entreprise spécialisée dans votre activité. Ainsi, vous pourrez profiter d’un service adapté aux besoins de votre firme. Faites aussi votre choix en fonction des prix appliqués pour les prestations proposées par les entreprises.

A lire aussi  Quelles sont les conditions d’ordre juridique de l’établissement d’un contrat ?