Quelle est la distinction juridique des biens et des choses ?

Dans le langage courant, les termes « bien « et « chose » peuvent se confondre. Il n’est pas rare de voir des gens utiliser le mot « chose » à la place de bien et vice-versa. Dans un contexte simple ou dans une conversation de routine, cette utilisation de ces termes ne cause pas de problème. Cependant, dans un contexte juridique, il est important d’utiliser chaque mot à sa place correcte. C’est dire donc qu’il a une différence qui existe entre les deux termes du point de vue juridique. Dans cet article, vous trouverez les distinctions juridiques qui existent entre les biens et les choses.

Comment est définie une chose du point de vue juridique ?

En effet, la chose est l’objet du droit réel. Juridiquement, la chose est une partie bien précise bien délimitée du monde matériel et qui n’appartient à personne. Elle peut être désignée par un objet impersonnel. La chose est plus concrètement un objet, ou tout autre élément du monde matériel. C’est-à-dire qu’on peut toucher, voir ou qu’on peut percevoir avec un des sens. Il doit aussi s’agir d’un élément qu’on peut posséder. Le critère qui fait d’un tel élément une chose est son appartenance à une personne. La chose est un élément non individualisé. Lorsqu’on applique le critère de quantité à une chose en procédant à sa mesure, son pesage, sa jauge, la chose devient alors fongible. On considère comme une chose fongible, tout élément matériel n’appartenant à personne et qui a été quantifié.

A lire aussi  Les assurances professionnelles obligatoires

Un bien : de quoi s’agit-il juridiquement ?

Le bien est aussi un élément du monde matériel qui est par contre personnel. Le bien est l’objet du droit des biens. Un bien peut aussi être défini par un élément délimité appréciable par un des sens et qui a déjà été individualisé. C’est-à-dire qu’il est possédé par une personne. Cette dernière détient donc le droit de propriété sur cet élément, car il se l’est approprié. On dit donc que le bien fait l’objet d’une propriété. Cette propriété peut être publique. Dans ce cas-là, on parle de bien public et c’est l’état qui en a le droit de propriété. Le bien peut aussi être une propriété privée. Dans ce contexte, il est approprié par un tiers. Ce tiers peut être une société, une entreprise ou une personne. Que ce soit le bien privé et le bien public, tous deux possèdent en réalité cet aspect d’appartenance à une personne qui en a le droit de propriété ou de copropriété.

Distinctions juridiques entre bien et chose

Sur le plan juridique, ces deux termes, considérés comme synonymes dans une certaine dimension, sont très différents. D’une part, il relève des droits différents. Le bien est du domaine du droit des biens alors que la chose est objet du droit réel. Si on compare ces deux d’un point de vue des définitions juridiques, on constate que le bien est juste une chose qui a un propriétaire. Le bien est donc une chose qui a été individualisée, appropriée par une personne, acquise par une personne physique ou morale. Une chose peut donc devenir un bien. Il suffit qu’elle puisse trouver un propriétaire. Le cas contraire est cependant impossible. Un bien peut changer de propriétaire. Mais il lui est impossible de perdre son caractère personnel.

A lire aussi  Les congés payés : décryptage du sujet